A-Dieu cher Père Joseph

pere_josephCe 22 août, le Père Joseph Larsen, ancien aumônier international, a rejoint la maison du Père.

Hetty, coordinatrice de la province « cœur d’Europe » et grande amie du Père Joseph, nous a envoyé ce petit mot :

 » Je suis à la fois fort désolée et très heureuse de vous annoncer que le 22 août, vers 10 heures, le Père Joseph nous a laissés derrière lui dans ce monde et s’en est allé paisiblement vers la maison de notre père, notre Dieu d’Amour !

Il était un grand homme : grand dans sa tendresse et dans son humble amitié. Je suis certaine qu’il ne nous a pas abandonnés ! J’ai senti autour de moi toute la journée son amitié tendre et douce !
Les funérailles auront lieu mercredi 28 Août à 14h30. Après la messe, il y aura un café avec tous ses confrères prêtres, sa famille et ses amis. Après ce café, tous suivront le cercueil du Père Joseph jusqu’au cimetière de sa congrégation, à Vught, aux Pays-Bas.

En union de prières pour cet homme si bon !! Comme c’est bon de l’avoir connu.
Rendons gloire à Dieu pour son fidèle serviteur.
J’ai personnellement tout appris de lui à Foi et Lumière !
J’adresse toutes mes salutations à tous ceux qui sont tristes à cause de la perte de notre si cher ami Père Joseph ! Hetty  »

Quelques petits témoignages nous sont aussi parvenus :

« Chers amis,
Nous avons tous beaucoup reçu du Père Joseph … Que nos coeurs ne soient pas tristes aujourd’hui, mais emplis de cette humble confiance qu’il désirait tant… Demeurons dans l’action de grâce pour sa vie donnée au Seigneur et aux plus petits, et pour cette prière du pauvre à laquelle il nous a inlassablement invités dans nos communautés… Le Ciel se fait plus proche de la terre en ces jours d’à Dieu … Père Joseph restera présent dans nos coeurs et il continuera de prier pour nous…Magnificat ! En communion avec vous tous, Viviane. »icone_pere_joseph

« Le Père Joseph fut aussi à l’origine de cette belle icône peinte spécialement pour « Foi et Lumière » ; je vous la joins de tout coeur. Viviane. »

« Chers amis de Foi et Lumière,
Oui, nous sommes tous profondément touchés par la mort du Père Joseph. Il était vraiment une inspiration pour nous tous. Nous nous rappelons pour toujours sa douceur, son humilité, sa capacité d’écoute, son attention personnelle pour chacun et particulièrement pour nos amis spéciaux.
Dans une de ses lettres, il a écrit : « Quand je réfléchis sur la signification de ma vie, ma réponse est toujours la même : donner de l’amour ou transmettre la vie » (mai 2003). Maintenant que le Père Joseph partage la plénitude de l’amour de Dieu et sa vie, nous pouvons nous réjouir avec lui – même alors que nous partageons le chagrin de sa famille et de ses amis – et prier pour que nous restions « les messagers de joie ».
Puisse le Dieu de toute consolation nous consoler de toutes nos peines – et elles sont nombreuses dans notre monde – afin que nous puissions le partager avec nos frères et sœurs. Père Guy  »

« Chers amis de Foi et Lumière,
C’est avec une profonde émotion que nous avons appris le départ du Père Joseph vers Celui dont il a été ce témoin exceptionnel.
Nous partageons la peine de tous ceux qui l’ont connu, mais aussi la Joie et l’Espérance de le savoir encore plus près de Dieu…
Nous avons tellement appris de lui, notamment à travers le courrier mensuel que nous avons personnellement échangé durant de nombreuses années, jusqu’à ce que la santé ne lui permette plus cette fidélité.
Nous avons relu ce qu’il nous avait écrit à la veille de ses 80 ans…

Il avait été invité, par un ami prêtre, à passer un petit temps de vacances et était hébergé dans la maison de retraite des membres âgés et infirmes de la congrégation de ce prêtre. Il se trouvait là dans un monde avec lequel il n’avait jamais été confronté si intensément. Un certain nombre de ces personnes étaient alitées et ne se trouvaient plus jamais parmi les autres ; elles dépérissaient spirituellement, vivant encore, mais dans une autre réalité. Le personnel compétent donnait de bons soins mais était impuissant devant leur solitude spirituelle.

Durant ce séjour, à travers une visite de musée, Père Joseph fut à nouveau confronté plus d’une fois avec la mort notamment contemplant la célèbre peinture de Jérôme Bosch « le triomphe de la mort ».

Père Joseph avait trouvé cette expérience effrayante et de nombreuses questions lui étaient venues :  » Est- ce que je vais arriver moi-même aussi dans un monde semblable ? Dans un monde d’attente ou de la fin ? Et mes amis est-ce que je les reconnaîtrai encore, et l’inverse ? M’aimera-t-on encore pour ce que je suis ou pour le souvenir de ce que j’ai été ? La joie de l’Amour n’existera-t-elle plus pour moi, et ce qui est le plus important : serai-je dans un tel état, encore à mesure de transmettre la vie ? « 

C’est à ce moment que ses amis avec un handicap mental lui sont venus à l’esprit : « Beaucoup d’entre eux vivent aussi dans un autre monde, souvent en détresse. Mais nous savons heureusement qu’ils nous transmettent en effet la vie en étant un appel pour nous à entrer dans le monde de l’amour et du don de soi-même. En même temps, ils nous invitent à pénétrer plus profondément dans le mystère de la blessure des êtres humains : quel est le sens de leur existence ? »

Il avait alors tiré sa conclusion : « Oui, même à ce moment là, je serai encore pour les autres, un signe vivant. Dieu sera encore créateur en moi. Des petits miracles arriveront encore autour de moi, comme cela arrive encore tous les jours, même si le silence va descendre autour de moi, et en moi-même. Le dépouillement va arriver à sa dernière étape. Les mots de la cérémonie du mercredi des cendres arrivent sur mes lèvres :  » souviens-toi que tu es poussière et que tu redeviendras poussière « .

Il avait terminé sa lettre par une prière personnelle qui nous touche particulièrement aujourd’hui :  » Merci, Seigneur, pour le don de la vie que j’ai reçu et pour le privilège d’avoir pu le partager aux autres. Je me confie à toi dans la vie et dans la mort, pour le bien et pour le mal. Donne-moi la force de pouvoir supporter avec amour le dépouillement de la vieillesse. Et je veux déjà fixer par écrit que je veux encore faire du bien sur la terre après ma mort comme la sainte Thérèse de Lisieux l’a imaginé et formulé d’une manière si émouvante. Et aide-moi à continuer de vivre dans cette admirable vision de vie. Amen. »

Nous ne pourrons, hélas, pas être présents aux funérailles… mais nous serons proches de tous ses amis et parents par la prière et l’amitié. Nous vous embrassons. Hervé et Anne »

> Pour revenir à la page précédente, cliquez ici