Janvier 2015 : Message du Père Xavier Nys, Aumônier de la Province Belgique…

« Nous manquons de jeunes ! » Voilà une phrase qui revient souvent dans nos paroisses et dans nos communautés.

Souvent nous voyons les jeunes comme ceux qui pourront assurer la continuité, comme ceux qui nous rassurent.

Mais les jeunes nous bousculent, viennent changer nos habitudes et nous remettent en question. Sommes-nous prêts à les accueillir ? Sommes-nous prêts à nous laisser bousculer?

Jésus vient au monde comme un enfant ; il bouscule. Marie et Joseph avaient leur chemin de vie tout tracé. Tout est chamboulé. Plus aucun plan ne fonctionne. Si Marie avait dit, je veux continuer comme on a toujours fait, elle n’aurait jamais pu accueillir l’enfant Jésus. Elle a eu peur : comment cela va-t-il se faire ? Mais elle a fait confiance en la promesse que l’ange lui a annoncée. Elle sait qu’elle ne peut pas compter sur ses propres forces. Elle fait confiance.

A l’arrivée de Jésus, les gens installés, représentés par les pouvoirs politiques et religieux, ne l’accueillent pas ; ils n’ont pas envie de changer. Il en va de même les aubergistes qui doivent faire tourner leur boutique. Puis il y a les bergers ; ils n’ont pas grand-chose à perdre et sont prêts à accueillir l’enfant qui peut les déranger.

Enfin, il y a les mages qui quittent leur pays pour aller à la rencontre de ce Dieu qu’ils cherchent.

En 1971, si Jean Vanier et Marie-Hélène Mathieu et les parents de Loïc et Thaddée avaient écouté les autorités religieuses et civiles autour d’eux, jamais le pèlerinage n’aurait eu lieu.

Après le pèlerinage, beaucoup auraient voulu recommencer parce que c’était bien : Jean Vanier a envoyé chacun chez lui avec cet appel : laissez l’Esprit Saint agir.

L’Esprit Saint prend souvent des chemins qui nous surprennent. A travers les jeunes et les enfants c’est peut-être lui qui nous invite à nous laisser bousculer. Les accueillir c’est aussi, comme Marie et Joseph se laisser remettre en question, prendre des chemins auxquels nous ne sommes pas habitués et cela nous fait peur. Mais croyons-nous en l’Esprit Saint ou préférons-nous garder nos habitudes et nos sécurités ?

Je crois que Foi et Lumière nous invite à prendre des chemins différents. Parce que nos amis avec un handicap sont différents. C’est pour cela qu’ils font peur : « qu’est-ce que je vais pouvoir dire ? », « comment dois-je réagir ? ». Pour les rencontrer nous avons dû accepter de changer nos habitudes. Le grand danger est celui de s’installer dans le « on a toujours fait comme cela ». Les jeunes n’ont pas envie d’entrer dans une Eglise ou une communauté où on fait ce qu’on a toujours fait.

Jésus vient déranger nos habitudes. Demandons le courage de lui faire confiance, d’oser l’aventure comme l’ont fait Jean Vanier, Marie-Hélène Mathieu, les parents de Thaddée et de Loïc, les mages, Marie et Joseph. Mais pour cela il faut avoir la foi.

Seigneur donne-moi le courage d’écouter ce que l’Esprit dit aujourd’hui.

Que tout au long de cette année qui commence, nous puissions oser nous lancer dans l’aventure, dans la confiance, oser nous laisser déranger dans nos habitudes. N’ayons pas peur : Jésus l’a promis je suis avec vous jusqu’à la fin des temps.

Bonne Année à tous !

Xavier Nys

> Pour revenir à la page précédente, cliquez ici