Namur-Luxembourg : Et si on vivait un dimanche…autrement!

journee16marsbisL’équipe pastorale de la paroisse Saint Pierre de Bastogne relève le défi de rassembler des paroissiens de tous les âges pour une matinée d’approfondissement de la foi et de célébration.
Le but : nourrir sa foi par des échanges toutes générations confondues. Un dimanche par trimestre, les jeunes du caté accompagnés de leurs catéchistes et les paroissiens désireux de partager se retrouvent à l’église dès 9h30 pour la présentation du thème.
Ce dimanche 16 mars, toute la matinée était axée sur le thème « L’accueil de la différence comme richesse ».

Le support proposé aux enfants étant le conte : « Les outils du charpentier » que voici :

« Il y avait une fois ,il y a bien longtemps de cela,dans un petit village des environs de Bastogne,un atelier de charpentier.
Un jour,que le Maître était absent,les outils se réunirent en grand conseil. Les discussions furent longues et animées. Il s’agissait d’exclure,de la communauté, certains outils. Les marteaux criaient : (Antoine & Francine) – Excluons nos soeurs les scies,elles mordent et grincent des dents! Excluons-les! Excluons-les. Les papiers de verre s’en prenaient aux rabots : (Jacques & Geneviève)
-Rejetons nos frères les rabots. Ils épluchent tout! Rejetons-les! Rejetons-les.
Les clous attaquaient les marteaux : (Anaïs, Mathias…)
Les frères marteaux cognent toujours,ils nous énervent! Excluons-les! Excluons-les !
Les scies grinçaient en criant : ( Chloé & Yvette)
-Et les clous,avec leurs caractères pointus,qu’ils s’en aillent! Qu’ils s’en aillent
Les rabots enchaînaient : (Sandrine & Christel)
-Les limes et les râpes également! Excluons-les! Excluons-les !
Quant aux limes, elles attaquaient les papiers de verre : ( Gisèle & Lieve)
-Chassons les papiers de verre:ils n’arrêtent pas de froisser! Chassons-les ! Chassons-les !
Ainsi discouraient,avec grands bruits,les outils du charpentier.
A la fin ,tout le monde se trouvait exclu.
La réunion bruyante prit fin subitement par l’entrée du charpentier dans l’atelier.
On se tut lorsqu’on le vit s’ approcher de l’établi. Il saisit une planche et la scia avec la scie qui grince, la rabota avec le frère rabot qui épluche tout ce qu’il touche. Le frère ciseau, notre soeur la râpe,le frère papier de verre entrèrent en action ,les uns après les autres. Le charpentier prit alors nos frères les clous au caractère pointu et le marteau qui cogne et fait du bruit. Il se servit de tous ses outils au méchant caractère pour fabriquer un pétrin.
Un pétrin pour faire le pain;le pain du partage, le pain de Vie!
Unissons nos différences ! »

Les enfants du caté se retrouvent alors entre eux et les adultes se répartissent en groupes dans l’église même pour échanger leurs avis, questions, réflexions, expérience et partager ensemble sous la houlette d’un animateur bénévole.
La célébration de la parole se vit tout à fait différemment après de tels échanges et peut désorienter certaines personnes qui n’arrivent que pour assister à la messe sans avoir participé à toute la préparation.

Ce dimanche à Bastogne des élèves de l’école du Mardasson (pour enfants porteurs d’un handicap) et les membres de la Communauté Foi et Lumière « L’arbre » de Bastogne ont mis leurs talents au service de la communauté paroissiale pour mimer et jouer ce conte.
A la suite de la célébration, le verre de l’amitié permet de partager le vécu de la matinée, de rencontrer d’autres personnes. Ceux qui désirent terminer la matinée dans la convivialité rejoignent le presbytère où les attend un pique-nique.
Voici le témoignage de Marianne, une paroissienne…

Ensemble toutes les différences, pour un monde plus beau …

journee16marsLa matinée a commencé tôt ce dimanche 16 mars en l’église Saint-Pierre de Bastogne.
De 9h30 à 11h, des adultes ont échangé leurs idées au départ d’une vidéo : « L’accueil de la différence comme richesse ».
Puis ils ont pris la relève.
Eux, c’est Antoine et Francine, Jacques et Geneviève, Chloé et Yvette, Sandrine et Christelle, Gisèle et Lieve, Anaïs, Lona, Léna et Cécile, Eliane et Marine, Jordan et père Charles, Vinciane, Maria et Florence.
Ce sont des enfants, des ados, des parents, des grands-parents : jeunes et moins jeunes … Il y en a des petits, des grands, des minces et des plus gros.
Il y en a aussi des plus délurés que d’autres.
Ils sont tous différents, si différents parfois.

Et pourtant, ce dimanche 16 mars, lors de la messe dominicale, c’est tous, différents mais avec la même sensibilité et la même émotion, qu’ils ont fait passer un superbe message à l’assemblée : « Accueillons les différences, nous avons besoin de tout le monde, c’est ensemble que nous pouvons construire un monde plus beau. »

Sur le grand écran placé dans le chœur, une citation qui invite à la réflexion : « J’ai des difficultés d’élocution mais je vous comprends. Prenez le temps de m’écouter. »

journee16marsterEt un conte : « Il a besoin de tous ses outils » ( Un bout de chemin – « Faire communauté » – Catéchèse diocésaine de Namur) grâce auquel enfants, jeunes et adultes de la Communauté Foi et Lumière, de l’école du Mardasson et du groupe d’Eveil à la foi ont illustré cette invitation à dépasser ce qui nous sépare pour découvrir ce qui nous unit et qui nous rend forts.

« Il a besoin de tous ses outils », c’est l’histoire d’une révolution, celle de tous les outils de l’atelier d’un menuisier. Ils ne se supportent plus et se rejettent mutuellement : « Excluons-les ! » Jusqu’au moment où tout le monde a exclu tout le monde, alors chacun se retrouve seul.
Et un grondement sourd de l’orgue résonne dans toute l’église. L’assemblée est silencieuse, pensive. Les comédiens en herbe s’investissent avec conviction dans leur tâche. Arrive le menuisier, il se sert de la scie, puis du rabot, de la râpe, du ciseau, de la lime, du papier de verre, du marteau et des clous. Grâce au travail de tous ses outils réunis, il peut réaliser un superbe pétrin. Pétrin dans lequel gonflera le pain, pain de partage, pain de vie. Le « Excluons-les ! » devient un slogan d’amour « Main dans la main, unissons nos différences ! » Et l’organiste d’entonner le chant « Ensemble (même si l’on est différent) » de Pierre Rapsat.

Les acteurs d’un jour laissent pour un instant la place au prêtre qui poursuit la réflexion : « Accueillir la différence, c’est reconnaître que l’autre est digne d’être écouté. Mon frère est différent de moi et c’est très bien ainsi, toutes nos différences permettent de trouver un peu du visage de Dieu en chacun. Si nous sommes différents, le chemin vers l’autre est plus exaltant. Ce qui nous fait différents produit notre unité. »

Vient le moment du geste de paix : les acteurs du conte distribuent fièrement des petits pains porteurs d’une mission adressée à tous : « Unissons nos différences! » Personne ne quittera l’église comme il y est entré : l’investissement du groupe, la foi en son travail et la certitude que l’on peut changer les habitudes ont convaincu. Message reçu ! Belle leçon de vie ! Merci à tous ceux qui se sont investis avec tant d’émotion, de sensibilité et de passion.

> Pour revenir à la page précédente, cliquez ici